Non seulement il s’agit de regarder l’avenir à long terme, mais d’inventer, migrants et citoyens du pays d’installation, une culture commune,cette culture de la fraternité, qu’évoque Benoît XVI dans sa lettre pour la Journée des Migrants : « La fraternité humaine est l’expérience, parfois surprenante, d’une relation qui rapproche, d’un lien profond avec l’autre, différent de moi, fondé sur le simple fait d’être des hommes ». Comme en 2009 pour la session sur « Les nouvelles solidarités » les SSF ont décidé que les débats ne porteraient pas « sur les migrants », mais « avec les migrants ».

Il ne convient pas seulement de réfléchir à l’avenir des migrants dans notre pays, mais à son avenir avec ses migrants, dans un monde de demain marqué par l’accroissement des échanges, et par l’importance « d’appartenances ouvertes » fondées sur une culture propre et accueillante à une culture étrangère.

La session donne largement la parole aux personnes issues de l’immigration, afin de mieux comprendre leurs parcours et leurs situations. Cela est en effet indispensable pour mettre fin aux préjugés, appréhender de façon sereine cette question des migrations et réaliser la richesse que constitue pour une société la diversité des profils et des cultures.

L’organisme porteur du projet :

Les Semaines Sociales de France

Chaque année, les Semaines Sociales organisent une session nationale de 3 jours consacrée à une question sociale contemporaine en introduisant dans le débat public le témoignage de la pensée chrétienne . Ces sessions sont un lieu de formation, de réflexion et de débat à la recherche de solutions concrètes. Elles permettent un dialogue riche et actif entre les chrétiens et la société. Elles rassemblent près de 4 000 personnes.

www.ssf.org

​Personnes concernées :

Plus de 200 migrants étaient présents à la session où il y avait 4 000 participants au total.

Cinq migrants ont exposé leur expérience de vie dans une session plénière devant 3 000 personnes.

Le samedi après midi, les participants ont été invités à aller à la rencontre de migrants par groupe de 12 personnes. L’objectif n’étant pas d’écouter des exposés magistraux ni de se lancer dans des discussions techniques, mais plutôt de se connaître, d’échanger, de dialoguer et surtout de se mettre à l’écoute.

Moyens mis en œuvre :

Avec l’aide de nombreuses associations comme la CIMADE, Réseaux Chrétiens Immigrés, le Secours Catholique… il a fallu identifier les groupes de migrants susceptibles de participer, prévoir la logistique de leur déplacement, et organiser pendant la session la rencontre par petits groupes.

Calendrier du projet :

La session a eu lieu à Paris du 26 au 28 novembre 2010.

Parmi les soutiens financiers du projet :

L’Association Georges Hourdin.

Contact :

Semaines Sociales de France – 18 rue Barbès – 92128 Montrouge cedex – 01 74 31 69 00

La session est visible sur http://www.ssf-fr.org/archives_56_s…