Dans les colocations solidaires Lazare, vivent ensemble des personnes qui étaient sans domicile fixe et des jeunes professionnels.

Le projet donne la parole aux personnes accueillies au sein des colocations pour qu’elles puissent mettre des mots sur leur parcours de vie :

  • ce qui les a amenées à la rue ;
  • ce qui leur a permis de retrouver un logement ;
  • leurs sentiments sur leur vie en colocation Lazare ;
  • leurs projets pour l’avenir.

L’organisme porteur du projet

Association LAZARE

 

Personnes concernées

Le projet s’adresse à des personnes accueillies en colocation Lazare : elles sont souvent des personnes qui ont connu des accidents de vie : divorce, perte d’emploi, chômage de longue durée, addictions, problèmes de santé. Elles sont souvent bénéficiaires des minimas sociaux : RSA, AAH, ASS, ATA, minimum vieillesse.

Moyens mis en œuvre

Une équipe de professionnels : deux personnes pour filmer, interviewer et monter les vidéos

Déplacements sur les lieux des colocations

Présentation du résultat : sur le site internet de Lazare, dans des salles associatives, auprès de partenaires publiques (mairie, assistantes sociales, associations partenaires).

 

Calendrier

Avril 2016 : Tournage des entretiens et témoignage

Mai 2016 : Montage et diffusion des premières vidéos de témoignage sur les réseaux sociaux

Juin 2016 : Sortie d’une vidéo reprenant les temps forts des témoignages, et relais dans la presse.

Juin 2016 : Tournage à Nantes d’une vidéo mettant en valeur la vie partagée au quotidien dans les maisons de l’Association

Eté 2016 : Montage.

Septembre 2016 : Sortie de la vidéo 2 (diffusion sur internet et lors d’événements)

 

Parmi les soutiens financiers du projet

Association Georges Hourdin, Lazare

 

Contact

Rémi Lefebvre

remi@lazare.eu

06 60 30 12 34

Les Parlements libres des jeunes ont pour objectif de mettre en avant les préoccupations des jeunes adultes de 18 à 30 ans (questionnement économique, questionnement sur les discriminations) vivant en milieu populaire ou rural, avec ou sans qualifications.

Tous peuvent s’exprimer lors d’assemblées annuelles pour mieux construire la société de demain. Ces rencontres permettent à chacun de ces jeunes adultes de faire entendre leurs colères, leurs espoirs ou leurs rêves. C’est également l’occasion pour eux de s’unir, d’avoir confiance en leurs capacités et de s’organiser collectivement pour améliorer leurs conditions de vie et leur accès au monde du travail.

ORGANISMES PORTEURS DU PROJET

 

AequitaZ, Les Cités d’Or, le MRJC Rhône Alpes et l’Union Rhône-Alpes des Centres Sociaux

ont organisé le premier Parlement libre des jeunes en 2013, à Sainte Croix dans la Drôme.

Dans chaque région, le projet associe des partenaires divers (centres sociaux, foyers de jeunes travailleurs, autres associations…).

 

DESCRIPTION DE L’ORGANISME PORTEUR

AequitaZ est une association fondée en 2012, qui a pour but de développer la créativité et l’engagement citoyen chez les personnes en situation de précarité ou de discrimination tels que des jeunes travailleurs, des migrants, des personnes sans domicile fixe.

 

PERSONNES CONCERNEES PAR L’INITIATIVE

Les jeunes adultes de 18 à 30 ans, vivant en milieu urbain populaire ou en milieu rural.

 

MOYENS MIS EN ŒUVRE

Les Parlements sont organisés annuellement, sur deux ou trois jours de totale immersion, en autogestion et partage d’idées. Les participants sont amenés à rencontrer des chefs d’entreprises et à rédiger des propositions à l’attention des autorités, locales ou régionales. Des idées d’actions concrètes émanent également de ces rencontres (“Les cartons rouges des discriminations sexistes”, des interpellations de chefs d’entreprise, d’élus, de ministères et de journalistes…) et sont menées par les jeunes adultes eux-mêmes. Par la suite, des groupes s’organisent en Assemblées locales afin de pérenniser les actions mises en œuvre.

CALENDRIER DU PROJET

Le premier Parlement libre des jeunes en Rhône-Alpes s’est déroulé en 2013. En 2014 est né celui d’Île-de-France et en 2015 ceux des régions Nord, PACA et Poitou-Charentes.

Voici le calendrier des éditions 2015 :

  • Région Rhône-Alpes : les 7 et 8 novembre à Monestier-de-Clermont.
  • Région Île-de-France : les 7 et 8 novembre.
  • Région Nord : du 20 au 22 novembre à la Maison Familiale et rurale de Le Cateau.
  • Région Provence-Alpes-Côte d’Azur : les 21 et 22 novembre à Marseille.
  • Région Poitou-Charentes : Lls 21 et 22 novembre 2015 à Poitiers.

 

LES PRINCIPAUX ACTEURS QUI PORTENT FINANCIEREMENT LE PROJET

Chaque édition d’un Parlement coûte entre 6 000 € et 7 000 €. La moitié est financée par le Groupe d’Expérimentation pour la Jeunesse ; le reste provient des différents partenaires du projet (Aequitaz, les centres sociaux, les foyers de jeunes travailleurs, les partenaires régionaux, etc.).

 

CONTACT

Jérôme Bar

jerome.bar@aequitaz.org

06 61 88 20 76

 

Pour la région Île-de-France :

Collectif Pouvoir d’agir

pouvoir.agir@gmail.com

Les Voix-Zines est un journal fondé en 2012 par l’association Du Côté des Femmes. Il s’inscrit dans le cadre du projet « Femmes, médias, banlieues » du Val d’Oise. L’objectif est de faire découvrir à des femmes des quartiers populaires le monde des médias et d’interroger le milieu des journalistes sur leurs représentations des femmes et de la banlieue.  Le but est de créer un média, d’exprimer un point de vue et surtout de permettre à ces femmes de devenir de véritables actrices de l’information et de véritables citoyennes.

Deux numéros sortent chaque année. Ils sont tirés entre 220 et 400 exemplaires et disponibles sur le net en format PDF.

L’ensemble des publications sont consultables à cette adresse: http://www.ducotedesfemmes.asso.fr/femmes-culture-citoyennete/les-voix-zines-le-journal/

L’organisme porteur du projet

 
Du Côté Des Femmes

Brève description de l’organisme porteur du projet
Du Côté Des Femmes est une association, fondée en 1983, qui accompagne les femmes, certaines victimes de violences conjugales, dans leurs projets d’émancipation et de recherche d’emplois.

Personnes concernées par l’initiative
Les femmes des quartiers populaires de Cergy et de Sarcelles, mais aussi toutes les autres femmes du territoire ayant envie de participer au projet qui sont les bienvenues pour proposer des idées pour le journal.

Moyens mis en œuvre
L’essentiel des articles sont écrits par les femmes des quartiers elles-mêmes. Elles sont accompagnées par deux responsables, une pour chaque ville.
Des formations au multimédia, à la vidéo et aux techniques d’écriture journalistique ont été mises en place afin de faire de ces femmes des reportrices citoyennes. Les porteurs du projet veulent aussi poursuivre le travail de formation à la citoyenneté.

 

Calendrier du projet
Le premier numéro des Voix-Zines est sorti le 8 mars 2012 à l’occasion de la journée internationale du droit des femmes.
En collaboration avec l’UPOPA (Université Populaire de l’Image), porté par l’association Canal Marches, les femmes ont réalisé des documentaires, diffusés à Paris-Belleville le 4 octobre 2015 dans le cadre de la Nuit Blanche.

Les principaux acteurs qui portent financièrement le projet
Le projet est financé par la Région Île-de-France, la ville de Sarcelles et le Département du Val d’Oise.

Contacts

 

Du Côté des Femmes – Cergy-Pontoise

21, avenue des Genottes – 95 800 Cergy Saint-Christophe

Tél. : 01 30 73 51 52 – Fax: 01 30 30 19 09

L’association est ouverte du lundi au jeudi de 9h à 18h et le vendredi de 9h à 17h.

cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr

 

Du Côté des Femmes – Sarcelles

4-6, allée Montesquieu – 95 200 Sarcelles

Tél. : 01 30 73 51 52 – Fax: 01 39 86 88 17

Le Centre Accueil Femmes est ouvert du lundi au jeudi de 9h à 18h et le vendredi de 9h à 17h.

L’Espace Femmes est ouvert du mardi au vendredi de 9h à 18h.

sarcelles@ducotedesfemmes.asso.fr

A partir du livre de Thomas More, L’Utopie, qui prône notamment la tolérance et la discipline au service de la liberté, à travers un monde imaginaire et merveilleux, le projet se propose de donner des moyens d’élaborer un avenir pour soi et les autres, à travers une expression individuelle et collective.

Viva Utopia ! a pour but de :

  • Favoriser et valoriser la parole et la sensibilité de chacun, grâce à l’élaboration d’un projet culturel et artistique commun avec l’exigence d’une création de qualité qui sera diffusée le plus largement possible.
  • Ouvrir de nouveaux champs culturels et artistiques à des personnes en situation d’exclusion qui ont rarement accès aux institutions culturelles.
  • Favoriser l’accès à l’autonomie par l’acquisition de savoirs culturels et techniques, de savoir-faire et savoir-être qui faciliteront l’insertion sociale et professionnelle.

http://www.pulsart.org/2_vivautopia.htm

L’organisme porteur du projet :

​PULSART

Fondée en 1994, Pulsart, association nationale d’actions artistiques, fédère des artistes qui revendiquent une démarche artistique et un engagement au côté d’une population dite défavorisée.

www.pulsart.org

Personnes concernées :

Le projet d’adresse particulièrement à des jeunes de 8 à 25 ans vivant des difficultés, mais également à un public adulte connaissant ou non des difficultés (personnes vivant des situations d’exclusion, détenus, demandeurs d’asile…).

Moyens mis en œuvre :

  • L’équipe d’animation est composée d’artistes et de membres de l’équipe de coordination.
  • Des ateliers pratiques artistiques, selon des disciplines et des médiums différents, sont mis en place avec des artistes professionnels (littérature, spectacle vivant, arts graphiques et plastiques, nouvelles technologies…).
  • Des moyens techniques, variables selon les projets (vidéo, supports divers, ordinateurs…), permettent la réalisation de productions : édition d’un ouvrage papier, CD, DVD, émissions de radio, spectacle multimédia, exposition, restaurant ponctuel, film…

Calendrier du projet :

Les projets durent de plusieurs semaines à plusieurs mois.

Parmi les soutiens financiers du projet :

Ministères de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative, de la Culture et de la Communication, de la Justice, Fondation RATP, Ligue de l’Enseignement, DRAC.

Contact :

Maxime Apostolo, 01 48 58 28 24, contact@pulsart.org

L’Atelier est un groupe de personnes ayant connu la vie à la rue qui part rencontrer d’autres personnes ayant des expériences similaires autour de l’accompagnement du deuil et de la dignité des funérailles pour échanger sur les pratiques et s’enrichir mutuellement.

Le but est de donner la possibilité à un groupe de personnes de prendre en charge la préparation d’un projet collectif, de développer la prise de responsabilités et de parole, de partager des expériences et recevoir celles des autres, de rédiger un compte rendu de l’expérience pour le rendre utile à d’autres et de soutenir les associations et collectifs sur le terrain.

L’organisme porteur du projet :

Association « Collectif les Morts de la Rue »

L’association a pour objectif de faire savoir que vivre à la rue mène à une mort prématurée, de rechercher et d’en dénoncer les causes, de veiller à la dignité des funérailles et d’accompagner les proches en deuil.

Personnes concernées :

Sept personnes ayant vécu à le rue, deux n’y ayant pas vécu et dix associations et collectifs des différentes villes de France où le groupe se rendra ( Rouen, Lille, Angers, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Toulon, Avignon, Grenoble et Strasbourg).

Moyens mis en œuvre :

  • Constitution d’un groupe de travail pour élaborer le projet.
  • Location d’un minibus, réservation de logements, organisation matérielle sur place et intendance.
  • Préparation des interventions avec les différentes associations en tenant compte de leurs attentes.
  • Rédaction d’un bilan écrit et photographique du travail effectué. Publication dans un journal associatif.

Calendrier du projet :

Le projet s’est déroulé de février à décembre 2012.

Parmi les soutiens financiers du projet :

Les associations et collectifs des différentes villes de France et l’Association Georges Hourdin.

Contact :

Collectif le Morts de la Rue

72, rue Orfila – 75020 Paris  /  01 42 45 08 01  /  mortsdelarue@free.fr

La finalité de ce projet est d’offrir un travail artistique de qualité, une pièce de théâtre, réalisé par des personnes vivant des situations d’exclusion et de grande pauvreté, dans un lieu prestigieux : le Théâtre des Amandiers.

L’art permet une confiance en soi, la reprise d’une dynamique de vie, il réveille la parole et « met en mouvement la vie de l’esprit ». Il crée un « plus-être ».

Ce projet porte plusieurs objectifs :

  • Permettre aux personnes de maintenir et de développer un lien avec la vie sociale, culturelle et artistique.
  • Leur permettre de se libérer de leur étiquette de personne en réinsertion, de s’intégrer à la vie de la cité et d’être pris en considération.
  • Développer des échanges artistiques et culturels entre le Cash et le Théâtres des Amandiers ;
  • Offrir l’accès aux œuvres, donc au texte, et favoriser l’aide à sa compréhension.

L’organisme porteur du projet :

Centre d’Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de Nanterre

Le CASH une structure qui regroupe à la fois un hôpital public, une structure médico-sociale (EHPAD) et des structures d’hébergement pour les personnes en situation d’exclusion.

www.cash-nanterre.fr

Personnes concernées :

La troupe de théâtre est composée de 20 personnes : 15 étant hébergées dans les structures sociales et 5 provenant de l’extérieur (partenaires, jeunes, anciens du groupe).

Une centaine de spectateurs assiste à la représentation au Théâtre des Amandiers, celle-ci étant suivie d’une rencontre avec les acteurs.

Moyens mis en œuvre :

  • Un comédien principal (aidé par deux autres comédiens) accompagne les acteurs dans leur apprentissage ; il les aide à révéler leurs talents et à trouver leur place. Ainsi, chacun est participant quelles que soient ses peurs.
  • Des répétitions ont lieu chaque semaine.
  • Au cours de l’année, sont organisées des rencontres avec les acteurs des Amandiers et des sorties théâtrales afin d’approfondir la connaissance du monde du théâtre.
  • Un travail de communication est réalisé pour annoncer la représentation de fin d’année.

Calendrier du projet :

Le projet s’étale d’octobre 2011 à juin 2012 et la représentation au Théâtre des Amandiers a lieu le 15 juin.

Parmi les soutiens financiers du projet :

DRAC et Théâtre des Amandiers.

Contact :

Michèle Chang, 01 47 69 72 93, michele.chang@ch-nanterre.fr

« La misère est une violation des droits de l’homme »  (Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies sept 2012).

La  lutte contre la grande pauvreté et l’exclusion n’est pas affaire d’assistance mais d’accès aux droits fondamentaux (droit de vivre en famille, droit au logement, droit à l’éducation, à la formation et au travail, droit à la culture, accès à la justice..).

Pendant un an, partout en Europe, ont été récoltés des récits d’expériences  sur le respect ou non, sur l’effectivité ou non des droits fondamentaux des personnes vivant la grande pauvreté.

Ces récits, écrits par ou avec elles, ont montré  le gouffre qu’il y a entre le droit, son effectivité et l’incompréhension réciproque qui existe entre les très pauvres et les professionnels de la justice  chargés de faire respecter ces droits.

En avril 2014,  un séminaire « Justice et Droits de l’Homme »  a rassemblé soixante dix personnes venus de Belgique, d’Espagne, de France et des Pays Bas dont vingt cinq ayant l’expérience de la grande pauvreté.  Le but était de réfléchir, avec et à partir d’eux, à construire ensemble (professionnels du droit, personnes ayant l’expérience vécue de la grande pauvreté et citoyens solidaires) des pistes d’actions pour que la justice contribue davantage à ce que les droits fondamentaux deviennent réellement des droits pour tous.

Organisme porteur du projet :

ATD Quart Monde Europe et plus spécialement la Belgique, la France et l’Espagne.

Personnes concernées :

Les participants au séminaire soit 70 personnes,  dont 25 personnes ayant l’expérience de la grande pauvreté les autres étant  des professionnels du droit ou de la justice et des citoyens solidaires des combats pour l’effectivité des droits.

Moyens mis en œuvre :

Pendant un an la récolte de récits d’expériences  sur l’accès aux droits et l’accès à la justice auprès des personnes confrontées à la grande pauvreté et aussi des récits des professionnels de la justice et de citoyens engagés pour les respect des droits.

Une journée de préparation avec les 25 militants Quart Monde

Deux jours de rencontre et de travail entre militants Quart Monde, professionnels du droit et de la justice et citoyens engagés pour le respect des droits selon la méthodologie du croisement des savoirs : travail sur les représentations et ce qui empêche de se comprendre, travail à partir des récits sur les logiques des uns et des autres, théâtre forum, élaboration de propositions.

Un magistrat présent a pu dire qu’il avait davantage appris en deux jours qu’en quinze ans de formation continue et d’exercice professionnel.

Un site Quart Monde et Droits de l’homme a été créé: http://blogs.atd-quartmonde.org/humanrights/

Calendrier du projet :

Le séminaire a eu lieu les 11, 12 et 13 avril 2014 à Pierrelaye (Val d’Oise).

Parmi les soutiens financiers du projet :

L’association Georges Hourdin  et ATD Quart Monde

Contact :

Laurence.dharcourt@atd-quartmonde.org

Site Quart Monde et Droits de l’Homme

http://blogs.atd-quartmonde.org/humanrights/

27. juillet 2015 · Commentaires fermés sur Séance en atelier du parlement 2011 des Entrepreneurs d’avenir sur le thème « Comment innover à partir des salariés considérés comme les moins qualifiés ? » · Catégories: sans catégorie

Cette séance en atelier a pour objectif de provoquer un débat entre des personnes en situation de précarité et des personnes du monde de l’entreprise à tous les échelons de la hiérarchie, quant au rôle actif dans l’innovation que peuvent jouer les salariés les moins qualifiés.

Déroulement de la séance :

  • Lancement avec notamment un “Texte introductif” dense, à voix multiples, sur le thème de l’atelier.
  • Saynète “L’emballage des poêles”, pour montrer comment se construit l’innovation sur une ligne de production.
  • Photos projetées, participation de la salle, sur les représentations de l’innovation en entreprise.
  • Approfondissement avec la salle, introduit par SEB (Tefal) et TAE : repères sur Partage, Confiance, Erreur.
  • Mini-ateliers dans la salle et échange collectif à 90 personnes.

Conclusions : flashs multiples de la salle, puis en quelques minutes par plusieurs chefs d’entreprise.

​L’organisme porteur du projet :

Entrepreneurs d’avenir assisté du cabinet Valeur Plus

​Entrepreneurs d’avenir veut promouvoir un nouveau modèle pour l’entreprise et la société où la compétitivité doit se conjuguer avec le respect de l’individu, de son bien-être au travail, des normes éthiques, sociales et environnementales. Les entreprises d’avenir sont celles capables de générer un nouveau type de croissance fondé sur l’efficacité et la responsabilité, l’équité et la durabilité. La charte des Entrepreneurs d’avenir énonce leurs valeurs.

Personnes concernées :

  • 90 chefs d’entreprises (très participatifs durant l’atelier) .
  • Équipe de préparation : salariés du groupe SEB (Tefal) et de TAE (Travailler et Apprendre Ensemble) : douze en tout, dont 5 travaillant sur des postes de premier niveau de qualification et ayant connu de très grandes difficultés, et d’autres : chefs d’équipe et encadrement.

Moyens mis en œuvre :

  • Entrepreneurs d’Avenir a apporté tout le cadre (Parlement 2011, mobilisation, participants, locaux).
  • Les salariés de SEB (Tefal) et de TAE se sont préparés ensemble durant 1 jour et demi (à Rumilly) et sont intervenus sur place pour alimenter l’atelier de leurs expériences et réflexions.
  • Valeur Plus a apporté l’animation de la préparation et de l’atelier.

Calendrier du projet :

Durée de l’animation (très interactive) : séance de 2 heures, le 13 mai 2011 à Nantes.

Parmi les soutiens financiers du projet :

Le groupe SEB (Tefal) et L’association Georges Hourdin.

Contact :

Denys Cordonnier, Consultant « Valeur Plus »

23, rue Notre Dame de Lourdes – 54000 Nancy /  03 83 56 12 81 ou 06 70 64 83 45 / denys.cordonnier@free.fr

Voir en ligne : Entrepreneurs d’avenir

27. juillet 2015 · Commentaires fermés sur Rencontres Nationales de Participation citoyenne – Caen 2009 « Dire et Réagir ensemble, tous acteurs, tous citoyens sur nos lieux de vie » · Catégories: sans catégorie

Ces journées étaient conçues pour permettre le partage et la mutualisation des expériences.

Elles sont parties du constat que les personnes vivant dans la pauvreté ont une vraie capacité à exprimer leur avis, à prendre des initiatives, à faire des propositions et à être acteurs. Cette capacité d’agir s’exerce dans tous les domaines : social, familial, politique, culturel, …

Cette réalité est souvent méconnue des décideurs politiques et de ceux qui ne sont pas concernés par la pauvreté.

L’objectif principal était donc de donner la parole aux personnes confrontées à des situations économiques et sociales difficiles, voire extrêmes, de façon à rendre visible les initiatives et actions auxquelles elles prennent part.

Le second but était de réunir tous ceux qui font le pari de « l’action collective » et de « la co-construction ».

L’organisme porteur du projet :

Fédération Nationale des Associations d’Accueil et Réinsertion (FNARS)

La FNARS, et les membres qui la composent, ont pour objet de développer toutes initiatives visant à favoriser la dignité, l’épanouissement et l’autonomie de personnes en difficulté d’insertion.

La fédération a notamment pour but d’étudier en commun les problèmes à résoudre, d’inspirer ou d’impulser toute innovation sociale et de représenter les intérêts de ses adhérents et les bénéficiaires de ses actions.

Personnes concernées :

Ces journées ont rassemblé 600 participants, personnes en situation de pauvreté, intervenants sociaux, professionnels, bénévoles et élus.

Moyens mis en œuvre :

  • Les séances plénières.
  • Le village des initiatives autour de l’alimentation (épicerie sociale, jardins collectifs, …), le soutien à la parentalité, la culture, les loisirs, les événements festifs, la participation à un projet de territoire, ….
  • Les ateliers participatifs et créatifs animés par des artistes avec du théâtre forum.
  • La soirée festive.
  • Le blog participatif.
  • L’organisation matérielle : location des locaux, transport et hébergement des personnes, …..

Calendrier du projet :

Les rencontres se sont déroulées les 12 et 13 novembre 2009.

Parmi les soutiens financiers du projet :

De très nombreuses organisations : L’UNIOPS, Le Secours Catholique, L’Armée du Salut, La Croix Rouge française, ADVOCACY France, ATD Quart Monde et L’association Georges Hourdin.

Contact :

FNARS, 76, rue du Faubourg Saint Denis – 75010 Paris – 01 48 01 82 00 – fnars@fnars.org

Permettre une rencontre de personnes en situation de précarité avec des représentants des professions juridiques, les échanges sur les sujets proposés permettant de trouver des actions à conduire

Organisme porteur du projet :

Fonds Saint Yves – Droit, Justice et Équité

Son objet est de soutenir et conduire toute action d’intérêt général visant à pérenniser l’héritage spirituel, juridique et caritatif légué par saint Yves prêtre, juriste et amis des pauvres.

Personnes concernées :

Personnes fragiles et/ou en situation de précarité

Moyens mis en œuvre :

Exposés et ateliers d’écoute et de dialogue

Calendrier : Saint-Brieuc – 15 février 2014

Parmi les soutiens financiers :

Association Georges  Hourdin

Contact :

fonds-saintyves@gmail.com