Le projet vise un double objectif : (1) l’étude critique des démarches participatives et en croisement des savoirs et des pratiques avec des personnes en situation de pauvreté, interrogeant les conditions qui garantissent l’autonomie et la réciprocité des différents savoirs, la co-production et la rigueur des démarches et des résultats, et (2) la définition et qualification du savoir d’expérience des personnes en situation de précarité et de pauvreté et sa plus-value dans la co-construction avec les différents savoirs.

Les étapes de l’étude ont été :

  • définition des problématiques à partir de trois recherches participatives et en croisement des savoirs impliquant des personnes en situation de précarité et pauvreté
  • intervention des personnes en situation de pauvreté sur la construction de leur propre savoir (à partir d’un travail collectif avec leurs pairs ayant participé à des co-formations avec des professionnels)
  • 4 interventions de chercheurs et professionnels sur les problématiques énoncées
  • co-écriture d’un appel – argumentaire pour développer les recherches participatives en croisement des savoirs et créer un espace collaboratif permanent

Plus »

Les universités populaires d’ATD Quart Monde ont été créées en 1972. Ce sont des lieux de dialogues, d’échanges et de formation où se mêlent des personnes en situation de pauvreté et d’autres citoyens qui ne vivent pas cette situation mais veulent apprendre à lutter contre la misère avec ceux qui la vivent. De ces expériences et de ces rencontres naissent de nouvelles idées afin de mieux combattre les causes de la pauvreté. Il existe des universités populaires d’ATD dans dix régions françaises, mais aussi en Belgique, en Suisse, en Espagne, au Canada, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Les universités populaires ont contribué à l’accession du mouvement au Conseil économique, social et environnemental.

Plus »

Quatre organisations mènent un projet de réflexion collective sur la refondation de la protection sociale, en s’inspirant de pistes québécoises en ce domaine. Le but est de favoriser la participation des premiers concernés (les personnes en situation de pauvreté, d’exclusion ou de grande précarité) et de renforcer la capacité de tous pour agir ensemble.

Des journées de formation aux techniques de mobilisation et des carrefours de savoirs entre les personnes les plus précaires et les autres ont été organisées dans toute la France pour permettre de donner la parole aux personnes les plus concernées par les aides sociales. Au cours de ces journées, les équipes recueillent les avis et expériences des uns et des autres afin d’aboutir à l’élaboration de textes susceptibles d’être proposés aux pouvoirs publics.

Plus »

Le projet vise à permettre aux personnes en situation d’exclusion et aux travailleurs sociaux de réfléchir ensemble pour trouver les moyens d’éliminer les situations de précarité. Par leur expérience, les personnes en grande difficulté ont une connaissance unique et indispensable qui permet de trouver des solutions et d’agir en vue d’éliminer la pauvreté. L’objet du projet est de rechercher le changement des pratiques sociales grâce à la connaissance réciproque des personnes en grande pauvreté et des professionnels. Le projet prend la forme concrète d’ateliers d’échange et de réflexion. La démarche est précédée par une formation des personnes participantes.

Plus »

Ces 3 journées permettent à des professionnels et des personnes en difficultés sociales de se former ensemble sur les questions liées à la santé. Chaque participant est à la fois formateur et formé. L’objectif est de partager, de mieux comprendre les logiques et représentations des uns et des autres et de provoquer des prises de conscience, notamment chez le personnel soignant. Ensemble, les participants trouvent des pistes de solutions pour mieux communiquer et mieux se comprendre.

Plus »