En développant des activités artistiques dans trois villes où elle intervient (Massy, Montpellier et Saint-Louis de La Réunion), La Cimade veut favoriser l’échange entre les personnes migrantes, réfugiées et en demande d’asile et des personnes françaises, permettre aux personnes étrangères de témoigner en public de leurs parcours et de s’impliquer dans la lutte contre les préjugés et favoriser l’insertion sociale et professionnelle de personnes étrangères… Le projet prend la forme d’ateliers théâtre (Massy, Montpellier, Saint-Louis), de théâtre-forum (Montpellier), d’ateliers d’écriture et d’arts plastiques (Montpellier), d’ateliers d’édition et d’exposition (Montpellier) et d’ateliers bande dessinée (Saint-Louis).

Plus »

Imaginé par des jeunes isolés étrangers eux-mêmes lors du Congrès de la FASTI en 2017, le projet Filme ! consiste en la réalisation par des jeunes isolés étrangers d’un court-métrage sur leur parcours migratoire ainsi que sa présentation lors de projections débats. L’objectif est de renforcer le pouvoir d’agir des jeunes et de contribuer à leur inclusion dans la société d’accueil. Les projections débats dans les lycées, universités, associations, centres sociaux, MJC, etc. doivent permettre de sensibiliser le grand public aux problématiques vécues par les jeunes immigrés.

Plus »

Pour le numéro 100 de sa revue trimestrielle, Dedans Dehors, paru en juin 2018, l’Observatoire international des prisons – Section française (OIP) a fait le choix d’un numéro entièrement rédigé par des personnes détenues, afin de faire décrire de l’intérieur, par ceux qui la vivent, la réalité carcérale. L’OIP veut ainsi sensibiliser le grand public et déconstruire les idées reçues sur l’incarcération et en réhumanisant la perception des personnes détenues, dont la parole est souvent disqualifiée d’un point de vue social et institutionnel. En 2019, le projet se poursuit via une campagne de courtes vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, les témoignages de personnes détenues lus par des personnalités (François Morel, Yolande Moreau, Nicole Ferroni, etc.).

https://www.youtube.com/watch?v=rjUpMedi1Iw&list=PLvBSqm6Z_r1f1J-SmwlRWaS9AeuAsi2S3&index=1

Plus »

La Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a collaboré avec la coopérative Dire le Travail pour recueillir les témoignages de jeunes privés d’emploi et nourrir la réflexion sur une problématique qui les concerne directement. Ce travail a abouti à la publication du livre La vie devant nous (Editions de L’Atelier). La parution de l’ouvrage n’était pas une finalité en soi mais un point de départ. Elle s’est accompagnée d’une campagne médiatique et d’une stratégie de diffusion s’appuyant sur les Comités jeunes privés d’emploi mis en place, en 2016, par la JOC pour faire entendre la voix de ces jeunes et susciter un débat avec le public. Autant d’étapes pour rompre avec le sentiment d’exclusion et redonner confiance aux jeunes privés d’emploi. Plus »

Dans Laudato si’, le pape François a appelé à se convertir à une écologie intégrale, en expliquant : « Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature. » Le projet vise à faire participer des personnes en situation de précarité à l’Université d’été de l’écologie intégrale, pour que le débat ne se déroule pas à huis clos, entre spécialistes, mais en présence de citoyens moins experts, notamment les plus pauvres. Cette démarche a permis la rencontre, le travail ensemble et le croisement des savoirs entre jeunes, personnes en situation de précarité, experts scientifiques et politiques.

Plus »

En 2016, les délégations régionales de l’ACO (Action catholique ouvrière) ont recueilli la parole de personnes ayant vécu des situations de grande précarité ou traversé des moments de grande fragilité. Un an plus tard, paraissait, aux Editions de L’Atelier, le livre Des vies sur le fil. Blandine Bricka, l’auteure, a fait le choix de retranscrire la parole de ces personnes le plus directement possible, sans commentaire, afin de faire entendre vraiment celui ou celle qui parle, de donner une visibilité à la parole des plus défavorisés. Le projet vise à permettre une large diffusion de l’ouvrage pour que les dix récits qu’il déroule fassent boule de neige et qu’un maximum de personnes en situation de précarité, de fragilité puissent dire à leur tour ce qu’elles vivent. Plus »

L’association La Pierre d’Angle, au nom d’un collectif de théologiens ou philosophes de l’Université catholique de l’Ouest, de l’Université catholique de Lyon, de l’Université de Brest et du Centre Sèvres, ainsi que des membres du Sappel, organise un séminaire de réflexion sur la problématique « Au creux du malheur, la lumière ? ». Le projet s’inscrit dans un processus de recherche dont la spécificité repose sur une triple écoute : de la parole de personnes marquées par la très grande pauvreté, de la parole de Dieu à travers les textes bibliques et du travail de théologiens et de philosophes. En appuyant sur ces trois sources capables de résonner les unes avec les autres en s’éclairant mutuellement, le séminaire doit permettre de mieux interpréter l’objectif de vivre la suite de Jésus-Christ, selon la spiritualité du père Joseph Wresinski.

Quel rôle reconnaître au malheur dans l’esquisse d’un sens possible, pour une existence individuelle, mais aussi dans une perspective collective (historique) ? La privation de point d’appui et le discrédit qui frappent certains jusqu’à les entraîner vers une sorte de perte de soi peuvent-ils donner lieu, de manière tout à fait paradoxale, à une expérience de vérité, la naissance à un autre rapport à soi, au monde, à Dieu, qui puisse être reconnue comme prometteuse pour tous, éclairant ainsi un possible dénouement ultime positif ? Quels enseignements en tirer dans la manière de penser l’existence humaine et la vie en société jusqu’en sa dimension politique et historique ?

Plus »

En Amérique latine, les années 2000 sont marquées par un boom de l’extraction des matières premières. Les populations riveraines de ces projets extractivistes (forages pétroliers, mines, coupes de bois et cultures intensives…) en paient le prix fort et multiplient les résistances pour défendre leurs espaces de vie. Très active sur ces thématiques, l’association Les Amis de Dial a publié l’ouvrage collectif Le piège de l’abondance pour faire entendre les voix des personnes vivant dans les communautés de base, de l’autre côté de la planète, qui subissent les conséquences de nos modes de vie. L’objectif est de favoriser la prise de conscience et l’ouverture à l’Autre, et de faire connaître des modes de vie différents fondés sur un rapport de respect durable avec la nature.

Plus »

L’école de la réussite pour tous est un projet de rapport d’avis du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), destiné à apporter des préconisations pour un cadre scolaire plus juste, égal et avec une plus grande considération de ses acteurs. Des rencontres ont été organisées afin de consulter les expériences et avis des différents acteurs de l’école (élèves, parents, professeurs…).

Des personnes en situation de grande pauvreté et d’exclusion ont notamment été interrogées afin de mieux comprendre leurs préoccupations et demandes vis-à-vis de l’école. Au final, quatre thèmes de préconisations ont été retenus : “Une école plus inclusive pour tous”, “Faire de l’école un lieu social”, “Utiliser des pratiques pédagogiques innovantes” et “Un renforcement de la formation pédagogique”. L’essentiel de ce travail s’est donc basé sur l’expression des personnes en situation de grande pauvreté et d’exclusion.

Plus »

Ce projet a pour but de proposer à tout chômeur de longue durée qui le souhaite un emploi à durée indéterminée, rémunéré au SMIC et adapté à ses compétences, sans surcoût pour la collectivité. Des travaux utiles et innovants pourraient voir le jour dans les services à la personne, les services aux entreprises, l’accueil et l’entretien par exemple.

Une phase essentielle du projet réside dans les entretiens avec les demandeurs d’emploi : des centaines ont eu lieu pour connaître leurs motivations, leurs désirs, leurs savoir-faire, leurs compétences… et concevoir à partir de là des emplois adaptés aux besoins du territoire. L’expression des chômeurs de longue durée est ainsi stimulée, encouragée, structurée… pour bâtir de l’innovation et du développement économiques.

Plus »