« La misère est une violation des droits de l’homme »  (Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies sept 2012). La  lutte contre la grande pauvreté et l’exclusion n’est pas affaire d’assistance mais d’accès aux droits fondamentaux (droit de vivre en famille, droit au logement, droit à l’éducation, à la formation et au travail, droit à la culture, accès à la justice…). Pendant un an, partout en Europe, ont été récoltés des récits d’expériences sur le respect ou non, sur l’effectivité ou non des droits fondamentaux des personnes vivant la grande pauvreté. Ces récits, écrits par ou avec elles, ont montré  le gouffre qu’il y a entre le droit, son effectivité et l’incompréhension réciproque qui existe entre les très pauvres et les professionnels de la justice  chargés de faire respecter ces droits.

En avril 2014, un séminaire « Justice et Droits de l’Homme » a rassemblé soixante-dix personnes venues de Belgique, d’Espagne, de France et des Pays-Bas dont vingt cinq ayant l’expérience de la grande pauvreté. Le but était de réfléchir, avec et à partir d’eux, à construire ensemble (professionnels du droit, personnes ayant l’expérience vécue de la grande pauvreté et citoyens solidaires) des pistes d’actions pour que la justice contribue davantage à ce que les droits fondamentaux deviennent réellement des droits pour tous.

Plus »

Le premier but du projet est de sensibiliser, par le théâtre, l’opinion publique à la situation et aux difficultés des couples franco-étrangers en France.

Plus »

A partir des fonctionnements innovants mis en place par TAE (Travailler et apprendre ensemble), le projet est de rassembler des entreprises dites « classiques » pour rechercher avec elles les moyens d’intégrer des travailleurs en situation d’exclusion et de les soutenir dans cette voie. Ce travail d’étude et de recherche se conclut par un colloque de façon à retransmettre publiquement les éléments forts issus de la démarche. L’expérience est également partagée lors d’une rencontre internationale d’ATD Quart Monde portant sur des projets d’activités économiques dans plusieurs pays.

Le projet aboutit à la rédaction d’un « livre blanc » sur  ces échanges de savoirs et d’expériences et l’élaboration d’une méthode de relecture croisée des pratiques d’entreprises.

Plus »

Le projet fait écho à l’initiative du pape François d’offrir un Jubilé aux prisonniers du monde entier dans le cadre du Jubilé extraordinaire de la miséricorde.

Le film « Bonne arrivée à la MACO, papa François » a été tourné à la Maison d’Arrêt de Correction de Ouagadougou (Burkina Faso). Il est essentiellement conçu à partir de la parole des prisonniers. Le réalisateur a invité les détenus à imaginer ce qu’ils diraient au pape si celui-ci venait leur rendre visite à la MACO. Son film montre les violations des droits à la dignité des prisonniers dans une prison surpeuplée, malnutris, sans activités, sans éducation, oubliés pour beaucoup dans le non-droit et hors de tout avenir. Il s’agit de sensibiliser la société civile au sort et aux problèmes des personnes détenues, de rappeler leur condition humaine et les impératifs de respect et de fraternité que cela oblige.

Plus »