Le Forum pour une autre économie (Foro hacia otra economia) est une initiative conjointe, au niveau de toute l’Argentine, d’organisations sociales, de mouvements populaires, de coopératives, d’universités publiques, d’institutions nationales, régionales et locales qui promeuvent d’autres formes d’organiser le travail, la production et la distribution, la consommation, l’échange de biens et services qui peuvent se résumer dans une démarche basée sur le concept de l’économie sociale et solidaire.

La 7ème édition du forum s’est tenue pendant trois jours, à General Roca, dans le Nord de la Patagonie. Elle s’articulait autour de trois grandes thématiques (déclinées en une multitude de débats) : Nouvelles économies, nouvelles visions et nouveaux acteurs de l’ESS ; Les outils économiques et législatifs ; Nouvelles stratégies pour l’éducation, l’art, la santé et l’éducation. Fort du succès de cette édition, le Forum pour une autre économie a tenu sa 8ème édition du 19 au 21 avril 2019 (https://www.otraeconomia.com/).

Plus »

En développant des activités artistiques dans trois villes où elle intervient (Massy, Montpellier et Saint-Louis de La Réunion), La Cimade veut favoriser l’échange entre les personnes migrantes, réfugiées et en demande d’asile et des personnes françaises, permettre aux personnes étrangères de témoigner en public de leurs parcours et de s’impliquer dans la lutte contre les préjugés et favoriser l’insertion sociale et professionnelle de personnes étrangères… Le projet prend la forme d’ateliers théâtre (Massy, Montpellier, Saint-Louis), de théâtre-forum (Montpellier), d’ateliers d’écriture et d’arts plastiques (Montpellier), d’ateliers d’édition et d’exposition (Montpellier) et d’ateliers bande dessinée (Saint-Louis).

Plus »

Imaginé par des jeunes isolés étrangers eux-mêmes lors du Congrès de la FASTI en 2017, le projet Filme ! consiste en la réalisation par des jeunes isolés étrangers d’un court-métrage sur leur parcours migratoire ainsi que sa présentation lors de projections débats. L’objectif est de renforcer le pouvoir d’agir des jeunes et de contribuer à leur inclusion dans la société d’accueil. Les projections débats dans les lycées, universités, associations, centres sociaux, MJC, etc. doivent permettre de sensibiliser le grand public aux problématiques vécues par les jeunes immigrés.

Plus »

Le projet Bible et ceps, mené par la Mission de France, propose un temps de partage à des personnes en situation de précarité pour qu’elles puissent participer à la lecture de textes bibliques et partager des loisirs et du repos, dans une ambiance chaleureuse, à Pontigny, dans l’Yonne. Une manière, de se découvrir autrement en famille, d’approfondir une quête spirituelle ou de soi, avec des personnes venant d’horizons divers.

Plus »

Le projet visait à construire un parcours sonore pour relayer auprès d’élus locaux la parole et l’analyse de personnes en situation d’exclusion (SDF, personnes migrantes…) fréquentant le restaurant social Leperdit (Rennes), que les gens appellent communément Le fourneau, lors de l’inauguration de ses nouveaux locaux, en janvier 2019. L’objectif était double : permettre aux personnes vivant la grande précarité d’avoir un espace d’expression de leurs analyses et de leurs vécus et amener les élus à mieux comprendre les mécanismes d’exclusion et d’avoir un retour sur les dispositifs en cours de la part des premiers concernés.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-le-restaurant-leperdit-accueille-150-sdf-chaque-jour-6462891

Plus »

Pour le numéro 100 de sa revue trimestrielle, Dedans Dehors, paru en juin 2018, l’Observatoire international des prisons – Section française (OIP) a fait le choix d’un numéro entièrement rédigé par des personnes détenues, afin de faire décrire de l’intérieur, par ceux qui la vivent, la réalité carcérale. L’OIP veut ainsi sensibiliser le grand public et déconstruire les idées reçues sur l’incarcération et en réhumanisant la perception des personnes détenues, dont la parole est souvent disqualifiée d’un point de vue social et institutionnel. En 2019, le projet se poursuit via une campagne de courtes vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, les témoignages de personnes détenues lus par des personnalités (François Morel, Yolande Moreau, Nicole Ferroni, etc.).

https://www.youtube.com/watch?v=rjUpMedi1Iw&list=PLvBSqm6Z_r1f1J-SmwlRWaS9AeuAsi2S3&index=1

Plus »

La Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) a collaboré avec la coopérative Dire le Travail pour recueillir les témoignages de jeunes privés d’emploi et nourrir la réflexion sur une problématique qui les concerne directement. Ce travail a abouti à la publication du livre La vie devant nous (Editions de L’Atelier). La parution de l’ouvrage n’était pas une finalité en soi mais un point de départ. Elle s’est accompagnée d’une campagne médiatique et d’une stratégie de diffusion s’appuyant sur les Comités jeunes privés d’emploi mis en place, en 2016, par la JOC pour faire entendre la voix de ces jeunes et susciter un débat avec le public. Autant d’étapes pour rompre avec le sentiment d’exclusion et redonner confiance aux jeunes privés d’emploi. Plus »

Dans Laudato si’, le pape François a appelé à se convertir à une écologie intégrale, en expliquant : « Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature. » Le projet vise à faire participer des personnes en situation de précarité à l’Université d’été de l’écologie intégrale, pour que le débat ne se déroule pas à huis clos, entre spécialistes, mais en présence de citoyens moins experts, notamment les plus pauvres. Cette démarche a permis la rencontre, le travail ensemble et le croisement des savoirs entre jeunes, personnes en situation de précarité, experts scientifiques et politiques.

Plus »

En 2016, les délégations régionales de l’ACO (Action catholique ouvrière) ont recueilli la parole de personnes ayant vécu des situations de grande précarité ou traversé des moments de grande fragilité. Un an plus tard, paraissait, aux Editions de L’Atelier, le livre Des vies sur le fil. Blandine Bricka, l’auteure, a fait le choix de retranscrire la parole de ces personnes le plus directement possible, sans commentaire, afin de faire entendre vraiment celui ou celle qui parle, de donner une visibilité à la parole des plus défavorisés. Le projet vise à permettre une large diffusion de l’ouvrage pour que les dix récits qu’il déroule fassent boule de neige et qu’un maximum de personnes en situation de précarité, de fragilité puissent dire à leur tour ce qu’elles vivent. Plus »

Le projet donne la parole à celles et ceux qui, ayant connu l’extrême précarité, ont été privés de toit et ont pu bénéficier d’un logement d’insertion. Il s’articule autour de trois supports d’information : une exposition photo présentant des binômes locataires-bénévoles, accompagnée de leurs témoignages sur la question : « Avoir un foyer ça veut dire quoi ? », un diaporama sonore donnant la parole à des locataires répondant à la question : « Sans toit, qui suis-je ? » et un livre de 28 pages gardant trace de ces témoignages rarement entendus intitulé « Libres paroles sur le logement ».

Plus »